On ne grandit pas en Corse sans être marqué à jamais par ses levers et ses couchers de soleil aux lueurs incomparables, par le vert profond de la mousse sur le granit, par la richesse de la palette du maquis ou encore par les bleus éclatants de la mer sous la roche rouge de Scandola et la craie blanche des falaises de Bonifacio. Attachée de presse indépendante à Paris pendant vingt ans, Fabienne Rossi prend le temps en 2020 de se consacrer pleinement à la céramique qui l’attire depuis longtemps. Elle accomplit sa formation auprès de la céramiste ­Noémie Niddam Hosoï. Le dialogue avec la matière est une révélation, un amalgame de force et de délicatesse qui colle à sa personnalité.
Prince Street Girls © Susan Meiselas
Pascale Tozzi — Carioca
Sous les paumes de ses mains, en une étrange alchimie que révèle la cuisson, émergent les réminiscences de multiples émerveillements : du design danois à la culture japonaise en passant par la cuisine italienne.
En éveil permanent, son œil a trouvé un nouveau cadre. Fabienne Rossi met en scène ses créations en laissant libre cours à son autre passion, la photographie. Fascinée par les arts de la table, curieuse et gourmande depuis toujours, elle ne peut s’empêcher de retourner discrètement les assiettes des restaurants et se réjouit à la vue d’une belle table ; un plaisir démultiplié par le partage. Dans son atelier de Porto-Vecchio, en plein maquis, elle crée des céramiques fonctionnelles, mais uniques. Imaginés depuis le pain de terre crue, assiettes, coupes, tasses et vases sont destinés à accueillir ce qui leur ressemble. À harmoniser ou à dépareiller au gré des circonstances.
Prince Street Girls © Susan Meiselas

Fabienne Rossi

Fabienne Rossi