Originaire de Solenzara et récemment diplômé d’un Master en Conservation Restauration d’Objets Techniques, Scientifiques et Horlogers à la Haute Ecole ARC de Neuchâtel, avec en complément une formation d’horlogerie à Besançon, Jean-Dominique Le Meur a pour objectif de vivre de sa passion : les montres.

Très intéressé par les pièces modernes comme anciennes, c’est d’une problématique nouvelle, provoquée plus ou moins indirectement par le caractère spéculatif acquis récemment par les montres de collection, qu’est né son projet de travail de diplôme.
En effet, sur un marché en hausse et où les belles pièces s’arrachent à prix d’or, la restauration par microsoudure laser permet, de façon imperceptible à l’oeil nu de redonner de l’épaisseur et un aspect neuf à une montre d’occasion.

Jean-Dominique ne fait pas ici le procès de cette méthode de restauration car elle peut être utilisée à bon escient et conformément à la volonté du collectionneur et de sa philosophie. Cependant l’utilisation d’une telle méthode de restauration se doit d’être faite en toute transparence, et l’acquisition d’une telle pièce restaurée doit se faire en connaissance de cause.

Cette méthode est malheureusement utilisée par des vendeurs malhonnêtes, qui vont chercher à tromper l’acheteur en vendant une montre restaurée comme « Neuve de stock » (ou « N.O.S. » de l’anglais « New Old Stock »), voire même de maquiller le numéro de série d’une montre volée.

Son projet de travail de diplôme a donc permis le développement d’un outil simple, rapide et peu onéreux permettant de vérifier si la pièce examinée a subi une recharge laser ou non, à des fins esthétiques ou crapuleuses. Cette solution s’avère être un outil de plus permettant l’expertise et la certification de montres de collection ; et des acteurs de l’horlogerie Suisse commencent à se pencher sur cet outil pour en équiper leurs ateliers traitant les pièces les plus anciennes et prestigieuses.

Un article plus détaillé concernant cette méthodologie est disponible en ligne chez Les Rhabilleurs « Comment repérer une « fausse » montre Neuve de Stock ? » mais également dans la revue Chronométrophilia, N°85 – Hiver 2019

L'ACCESSOIRISTE HORLOGER

Jean-Dominique Le Meur

L'ACCESSOIRISTE HORLOGER

Jean-Dominique Le Meur