Pascale Tozzi — Carioca

Suivre sa passion implique parfois de quitter sa terre natale, c’est le choix qu’a fait Jean-Dominique Le Meur lorsqu’il est parti étudier en Suisse, le berceau de l’horlogerie.
10 ans plus tard, c’est une nouvelle ambition qui anime le jeune homme originaire de Solenzara, vivre sa passion pour l’horlogerie, ici, auprès des siens et développer ce secteur d’activité inédit en Corse.

 Parlez nous de vous, de votre parcours et d’où tenez-vous cette passion pour l’horlogerie ?
Je viens d’une des plus anciennes familles de Solen- zara. J’ai toujours été quelqu’un de curieux et de minutieux. Il y a plus de 15 ans, j’ai découvert qu’une montre pouvait fonctionner sans pile, j’ai vu un mécanisme horloger et j’en suis tombé amoureux. Je suis diplômé de la Haute-Ecole ARC de Neuchâtel où j’ai suivi plusieurs cursus, car si la conception était quelque chose qui me passionnait, la partie pratique était tout aussi importante et je ne voulais pas finir derrière un ordinateur sans jamais pouvoir mettre « les mains dedans». Ces formations, m’ont appris à traiter ces objets comme des pièces de
musée tout en respectant leurs valeurs matérielles et immatérielles.

Vous pensiez retourner travailler en Suisse, et finalement vous débutez votre activité d’horloger créateur en Corse, que s’est-il passé ?
Et bien début 2020 j’ai créé une première collection de montres, histoire de m’occuper pendant le confinement et de faire la différence auprès des DRH à mon retour en Suisse. Mais la crise a duré, et mal- gré le contexte j’ai fabriqué et vendu 80 montres. J’ai alors réalisé que je pourrais peut-être vivre ma passion, ici chez moi. J’ai donc lancé ma propre marque, «Les Montres Le Meur».
En 2021 naissait «A Prima», la première montre «Fattu In Corsica», entièrement dessinée, conçue, assemblée, réglée et testée depuis mon atelier de Solenzara, dans la maison familiale. J’ai passé des mois à la concevoir, rechercher les industriels pour la réalisation des pièces détachées, suivre les productions, réaliser le contrôle de conformité et de qualité, pour finalement recevoir toutes les pièces détachées et donner naissance à la première montre de luxe corse, animée par un mouvement automatique Suisse. D’où notre devise : «Mouvement Suisse, Âme Corse.»

Montre modele A Prima. Le Meur

2022, une année importante pour vous avec beaucoup de projets en préparation ?
Oui cette année est décisive, car j’ai beaucoup investi pour me développer. J’ouvre cet été ma boutique à Solenzara qui comportera une partie showroom et surtout une partie atelier afin de donner plus de visibilité à mes créations et faire découvrir mon travail. Il y a également de belles collaborations avec des créateurs et artisans corses. Mais bien évidemment l’évènement de l’année c’est le lancement d’un nouveau modèle !

Pouvez-vous nous en dire plus sur ce nouveau modèle ?
Oui, c’est une montre de plongée, impossible de faire l’impasse sur ce type de montres. L’horlogerie et la plongée, c’est une histoire d’amour qui dure depuis des décennies. Dans ce nouveau modèle baptisé «Lucerna», une race de mérous vivant sur nos côtes, on retrouve ma ré-interprétation de ces montres mythiques des années 1950 à fin 60. Bien sûr, la montre est réalisée avec des matériaux modernes et nobles comme la lunette et le verre en saphir, un boitier en acier inoxydable 316L – standard dans l’horlogerie de luxe – et étanche à 300 mètres de profondeur. Le tout encore une fois animé par un mouvement automatique suisse réputé pour sa fiabilité et sa robustesse, avec en plus l’avantage d’être certain que les pièces détachées seront disponibles même dans plusieurs décennies.

Quelle est la philosophie des montres Le Meur ? Qu’est-ce qui vous porte ?
Tout simplement de faire les choses ici et toujours vouloir faire mieux, afin de montrer que la Corse et la France en général sont des terres d’excellence qui regorgent de passionnés talentueux. Je souhaite vraiment être impliqué pour préserver et valoriser notre culture, notre patrimoine et notre nature, j’ai d’ailleurs pensé à une collaboration avec une association en lien avec la mer pour la montre de plongée lancée cette année.

Et finalement, quels sont les projets d’avenir pour les Montres Le Meur ?
Au-delà de pouvoir commencer à vivre de ma passion, les objectifs sont de continuer à me développer, créer de l’emploi et de la formation dans ce secteur inédit en Corse. Je souhaite que les passionnés d’horlogerie puissent avoir une opportunité de s’épanouir dans ce domaine sans pour autant être forcés de partir. Avec l’ouverture de ma boutique à Solenzara, j’aimerais également mettre en place des après-midi découvertes pour plonger au cœur de mon métier et faire s’asseoir à mon établi des passionnés ou curieux. Transmettre ma passion, échanger avec les autres est quelque chose
qui m’anime.

Les Montres Le Meur

Atelier & Show-Room
Piazza di a Vechja Scola
20145 Solenzara

Les Montres Le Meur

Atelier & Show-Room
Piazza di a Vechja Scola
20145 Solenzara